Période Classique

 

La période classique en musique recouvre par convention la musique écrite entre la mort de Johann Sebastian Bach soit 1750 et le début de la période romantique, soit les années 1820.

Ce genre nouveau rompt avec l'entrelacs des mélodies, fioritures et fugues interminables du contrepoint complexe du baroque. Le nouveau style est alors synonyme de liberté et d'exploration des sentiments humains.

 

 

 

Christoph Willibald Gluck

 

                               

 

 

Dès son plus jeune âge, Gluck montre des dispositions pour la musique. Il suit ses premières leçons de musique et apprend le violon. Son intérêt pour la musique va alors croissant. Pourtant, son père souhaite le voir choisir le même métier que lui et il s'ingénie donc à contrarier les dispositions musicales de son fils. Le jeune Gluck apprend alors seul la guimbarde, instrument peu bruyant et qui a donc l'avantage de lui permettre de s'exercer en cachette.

En 1731, Gluck qui a quitté le domicile familial, s'inscrit à la faculté de philosophie de Prague. Il poursuit, également durant cette période, une formation musicale.

Gluck a transformé l'opéra avec sa célèbre « réforme » visant à introduire le naturel et la vérité dramatique.

 

Chœurs d’Orphée

Orphée et Eurydice est le trentième et plus célèbre opéra de Christoph Willibald Gluck. Il s'agit d'une azione teatrale per musica, ou, selon les indications de la version française, d'une tragédie opéra (drame héroïque) en trois actes. Il raconte le mythe grec d'Orphée et Eurydice.

 

 

 

 

 

Joseph Haydn

 

                                                     

 

Compositeur autrichien (1732 -1809)

 

À l'âge de six ans, il apprend les rudiments de la musique auprès de son cousin, Johann Mathias Franck, maître d'école et maître de chœur à Hainburg, en Basse-Autriche, qui s'était engagé à le former. Dès sept ans, remarqué grâce à sa belle voix de soprano, il entre comme choriste dans la maîtrise de la cathédrale Saint-Étienne de Vienne. Il y apprend les rudiments de la musique, à jouer du clavecin et du violon. Il est chassé de la chapelle à l'âge de 18 ans, sa voix ayant mué.

 

La carrière musicale de Joseph Haydn couvre toute la période classique, allant de la fin du baroque aux débuts du romantisme. Il est à la fois le pont et le moteur qui a permis à cette évolution de s'accomplir

 

Messe brève de St Jean de Dieu

 

Nelson Messe

Circonstances de composition : L’été 1798 est celui de l'expédition égyptienne de Bonaparte, soldée par la destruction, le 1er août, devant Aboukir, de la quasi-totalité de la flotte française par la flotte anglaise, commandée par l'amiral Nelson. Haydn ignorait tout des événements d'Égypte, pendant qu’il travaillait au calme d’Eisenstadt. La seule « angoisse » envisageable ne peut être, à ce moment, que celle de l’incertitude des événements militaires en cours - ou de ne pouvoir finir le travail à temps.

 

 

 

 

Wolfgang Amadeus Mozart

 

                            

 

Compositeur bavarois (1756-1791)

 

Mozart est le fils du musicien (violoniste), compositeur et pédagogue Léopold Mozart.

Dès l'âge de trois ans, Mozart révèle des dons prodigieux pour la musique : il a l'oreille absolue et certainement une mémoire eidétique. Ses facultés déconcertent son entourage, et incitent son père à lui apprendre le clavecin dès sa cinquième année. Le jeune Mozart apprend par la suite le violon, l'orgue et la composition. Il sait déchiffrer une partition à première vue et jouer en mesure avant même de savoir lire, écrire ou compter.

À six ans (1762), il compose déjà ses premières œuvres. Mozart ne reçoit pas d'autre éducation que celle de son père.

Entre 1762 et 1766, le jeune Mozart entreprend le Grand Tour lors d'un long périple musical avec son père. A onze ans, Mozart compose son premier opéra Apollo et Hyacinthus,

Mort à trente-cinq ans, il laisse une œuvre impressionnante

On reconnaît généralement qu'il a porté à un point de perfection le concerto, la symphonie, et la sonate, qui devinrent après lui les principales formes de la musique classique, et qu'il fut l'un des plus grands maîtres de l'opéra.

 

Messe en ut mineur

C'est une œuvre inachevée écrite en 1782 considérée comme une de ses œuvres majeures. Mozart la composa à Vienne, alors qu'il allait se marier avec Constance Weber et que sa carrière de compositeur de musique sacrée auprès du prince-archevêque Colloredo était terminée ; il avait en effet promis à son père d'écrire une œuvre sacrée s'il parvenait à épouser Constance, alors gravement malade. Cette messe est directement influencée par l'art contrapuntique de Johann Sebastian Bach

 

Messe du couronnement

Mozart écrivit cette messe à l'âge de vingt-trois ans, lors d'un moment de profond désarroi, sur une commande de l'archevêque de Salzbourg

Il aurait écrit la Messe du Couronnement, en l'honneur de la fête commémorative annuelle du Couronnement de la Vierge miraculeuse du sanctuaire baroque de Maria Plain en Autriche, en 1744, le cinquième dimanche après la Pentecôte, tableau ayant échappé à un incendie.

 

Requiem

La messe de Requiem en ré mineur composée en 1791, est une œuvre de la dernière année de la vie de Mozart.. Elle n'est de la main de Mozart que pour les deux tiers environ, la mort en ayant interrompu la composition.

Le Requiem a suscité de nombreuses légendes, tant du fait des circonstances insolites de sa commande que de la difficulté à distinguer exactement ce qui était de la main de Mozart et ce qui ne l'était pas.

 

W.A. Mozart, Requiem, KV 626, Dies Irae

W.A. Mozart, Requiem, KV 626, Rex tremendae

W.A. Mozart, Requiem, KV 626, Lacrimosa

La Cantarela - Cathédrale Saint Nazaire, Béziers 2011

 

 

 

 

Luigi Cherubini

 

                                             

 

Compositeur italien (1760 – 1842)

 

Il est le fils d'un célèbre claveciniste. En 1785, on donne deux de ses œuvres à Londres. et est engagé par le roi. Il compose quelques morceaux pour le souverain, dont le King's Theatre.

Il s'installe en 1787 à Paris. En 1796, il est nommé inspecteur de l'enseignement au tout nouveau Conservatoire. En 1816, il devient surintendant de la Chapelle de Louis XVIII.

 

Requiem en ut mineur

C’est le 20 janvier de cette année 1816 (note : voir ci-dessous) – un an après le transfert solennel à la nécropole royale de Saint-Denys des dépouilles mortelles de leurs majestés le Roy Louis XVI et la Reine Marie-Antoinette, pour le service funèbre anniversaire du martyre du Roy, que fut interprétée pour la première fois, à Saint-Denys, la « Messe de Requiem à la mémoire de Sa Majesté Très Chrétienne le Roy Louis XVI », plus communément appelée « Requiem en Ut (C) mineur », pour choeur mixte.

Ce Requiem fit l’admiration de Beethoven, qui le trouvait supérieur à celui de Mozart, et c’est d’ailleurs celui qui sera interprété pour ses funérailles

 

 

 

 

 

 

Ludwig van Beethoven

 

                              

 

Compositeur allemenand (1770 - 1827)

 

Dernier grand représentant du classicisme viennois (après Gluck, Haydn et Mozart), Beethoven a préparé l’évolution vers le romantisme en musique et influencé la musique occidentale pendant une grande partie du XIXe siècle. Inclassable (« Vous me faites l’impression d’un homme qui a plusieurs têtes, plusieurs cœurs, plusieurs âmes » lui dit Haydn vers 1793 ), son art s’est exprimé à travers différents genres musicaux.

Beethoven est né dans une famille modeste qui perpétue une tradition musicale depuis au moins deux générations.

le jeune Ludwig est un élève brillant, il apprend le piano, l'orgue et la composition.

A 12 ans, il compose pour le piano ses premières oeuvres qui marquent symboliquement le début de sa production musicale.

A 26 ans, il commence à prendre conscience d’une surdité qui devait irrémédiablement progresser jusqu’à devenir totale avant 1820.

 

Messe en ut Majeur

La Messe en ut op. 86 fut commandée début 1807 par Nicolas II Esterházy à l'occasion de la fête de son épouse. Beethoven était bien conscient que cette première tentative d'écriture d'une messe ne manquerait pas d'être comparée aux six messes que Haydn avait précédemment composées pour ce même événement.

la création reçut un accueil des plus froids, probablement en raison du manque de répétitions, et le prince ne fit aucun secret de sa complète désapprobation de l'œuvre. Pourtant Beethoven en était très satisfait, affirmant "avoir traité le texte comme rarement on l'a fait.

 

Beethoven, Messe en Ut, Gloria

Beethoven, Messe en Ut Ed Vitam

Beethoven, Messe en Ut Pleni Sunt Coeli

La Cantarela Festival de Béziers 1999, cathédrale Saint Nazaire

 

 

 

 

João Domingos Bomtempo

 

                                    

 

Compositeur, pianiste, hauboïste et pédagogue portugais (

 

Son père, Francesco Saverio Bomtempo (d'origine italienne), hauboïste à l'Orchestre Royal de la Cour à Lisbonne, est son premier professeur et lui enseigne le hautbois et le contrepoint. Puis il poursuit ses études musicales au Séminaire Patriarcal de Lisbonne. À la mort de son père en 1795, il lui succède au poste de premier hautbois dans l'orchestre sus-visé et l'occupe jusqu'en 1801, année où il s'installe à Paris et y démarre une carrière de pianiste virtuose.

 

Il est fêté pour son talent dans la société française et anglaise, reçu dans les salles de concert les plus prestigieuses et les salons à la mode. Les bouleversements politiques de l’époque (l’Empire, les guerres napoléoniennes, le Congrès de Vienne) l’amènent à parcourir les capitales européennes, où ses qualités de pianiste et de compositeur sont partout reconnues. Libéral, nationaliste et romantique, à son retour à Lisbonne il fait pénétrer dans son pays le goût de la musique instrumentale classique avec les œuvres des grands compositeurs européens.

 

Messe de Requiem

En 1820, il fait paraître en France, son Requiem pour solistes, chœur et orchestre, consacré à la mémoire de Camoes, poète national portugais dont les convictions rejoignent les siennes.
Exalté au XlXème siècle puis tombé dans l’oubli, ce Requiem souffrit sans doute de l’engouement dont jouirent ceux de Mozart et de Fauré.

Cette Messe de Requiem est d’une grande ampleur : un souffle romantique puissant la soulève, et s’appuie sur une importante masse chorale, soutenue par un orchestre fourni

 

 

 

 

 

 

 


Réagir

CAPTCHA