Période Baroque

 

La musique baroque couvre une grande période dans l’histoire de la musique et de l'opéra. Il s’étend du début du XVIIe siècle environ au milieu du XVIIIe siècle, de façon plus ou moins uniforme selon les pays. 

De façon nécessairement schématique, l’esthétique et l’inspiration baroques succèdent à celles de la Renaissance, apogée du contrepoint et de la polymélodie, et précèdent celles du classicisme. Les « figures » musicales baroques sont soutenues par une basse continue très stable. Nous pouvons dire que nous sommes à la jonction entre contrepoint et harmonie.

 

 

 

 

Jean Gilles (dit de Tarascon)

 

                                                      

 

-

 

Après des débuts à Aix-en-Provence et Agde il devient maître de musique de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse en 1697. Sa musique, comme celle de la plupart des musiciens d'alors, est inspirée de son compatriote contemporain André Campra. Il a composé 24 motets et un célèbre Requiem.

 

Lamentations

Il existe une trace écrite du chapitre de St Sauveur datant de 1692 octroyant un Louis d’or à Gilles pour le récompenser de ses efforts pour les offices des ténèbres. Il est pratiquement certain qu’il s’agit de ces Lamentations : Gilles est alors âgé de 24 ans à peine !

 

Requiem

Cette œuvre avait été commandée par deux fils d'un capitoul de Toulouse pour leur père défunt. Lorsque le Requiem fut terminé, plusieurs mois après le décès de leur père, les deux fils n'étaient plus si empressés de payer le compositeur. Celui-ci, furieux, décida de ne pas le faire jouer et de le réserver à ses propres funérailles. L'œuvre fut toutefois jouée une quinzaine de fois au fameux Concert Spirituel à Paris ainsi qu'aux obsèques de Rameau, de Stanislas de Pologne et de Louis XV.

 

 

 

 

Antonio Vivaldi
 

                                              

 

Compositeur et violoniste italien (1678 - 1741)

 

Il devient prêtre en 1703 mais s’adonne rapidement à la musique. Prêtre catholique, sa chevelure rousse le fit surnommer il Prete rosso, « Le Prêtre roux », sobriquet peut-être plus connu à Venise que son véritable nom.

Pendant de nombreuses années, Il enseigne le violon et la composition dans un orphelinat pour jeunes filles, où il peut donc faire jouer ses propres œuvres.

Son œuvre Les Quatre Saisons fait un triomphe en Europe dans les années 1720. Il voyage lui-même et aura l’occasion de rencontrer le Pape ou encore Charles VI. Malgré tout, il meurt pauvre et relativement peu connu.

En effet, sa musique, de même que son nom, fut vite oubliée après sa mort. Elle ne devait retrouver un certain intérêt auprès des érudits qu’au XIXe siècle. Cependant, sa véritable reconnaissance a eu lieu pendant la 1ère moitié du XXe siècle, grâce aux travaux d'érudits ou musicologues, à l'implication de musiciens et à l'enthousiasme d'amateurs éclairés.

 

Credo - Gloria - Magnificat

 

 

 

 

Jean-Sébastien Bach

 

                                           

 

Compositeur, musicien, notamment organiste allemand (1685 -1750)

 

Membre le plus éminent de la famille Bach, la famille de musiciens la plus prolifique de l'histoire

Orphelin de bonne heure, sa première formation a été assurée par son père Johann Ambrosius Bach, puis par son frère aîné Johann Christoph Bach, mais il a aussi été un autodidacte passionné de son art, copiant et étudiant sans relâche les œuvres de ses prédécesseurs et de ses contemporains, développant sa science de la composition et particulièrement du contrepoint jusqu'à un niveau inconnu avant lui et, depuis lors, jamais surpassé. Johann Sebastian Bach a été un virtuose de plusieurs instruments, le violon et l'alto, mais surtout le clavecin et l'orgue. Sur ces deux derniers instruments, ses dons exceptionnels faisaient l'admiration et l'étonnement de tous ses auditeurs ; il prétendait jouer tout à première vue, et pouvait improviser sur le champ une fugue à trois voix

 

Peu connue de son vivant au-dehors de l'Allemagne, passée de mode et plus ou moins oubliée après sa disparition, son œuvre, comprenant plus de mille compositions, est généralement considérée comme l'aboutissement et le couronnement de la tradition musicale du baroque : elle a fait l’admiration des plus grands musiciens, conscients de son extraordinaire valeur artistique. Objet d'un culte chez les musicologues et musiciens, Jean-Sébastien Bach est, de nos jours, considéré comme un des plus grands compositeurs de tous les temps, si ce n'est comme le plus grand.

 

Messe en sol mineur

Après la grande messe en si mineur, Bach a écrit 4 messes brèves, messes luthériennes. Celle-ci est la troisième. Comme les 3 autres elle n'est constituée que de 2 parties : 1- Kyrie. 2- Gloria

 

 

Oratorio de Noël

C'est une œuvre composée en 1734, écrite pour être jouée à l'église pendant le temps de Noël.

Bach a écrit trois oratorios (en-dehors des Passions): celui de Noël, celui de Pâques et celui, moins connu, de l'Ascension.

Il s'agit d'une œuvre formée de six cantates consacrées aux trois jours de fête de Noël, au nouvel an et à l'Épiphanie

 

JS Bach, Cantate BWV 147 Final

La Cantarela - Année Bach - Eglise Sainte Madeleine, Béziers 2000

 

 

 

 

 

Georg Friedrich Haendel

 

                                             

 

Compositeur allemand, devenu sujet anglais (1685 - 1759)

 

Au XVIIe siècle on est le plus souvent musicien de père en fils. Rien de tel pour Haendel, seul musicien de sa famille. Il montre très tôt de remarquables dispositions pour la musique. Sa mère y est sensible, mais son père s'y oppose avec fermeté. Il veut faire de son fils un juriste, meilleur moyen selon lui de poursuivre l'ascension sociale qui a été la sienne. Considérant la musique comme une activité de peu de valeur, il tente d'en détourner son fils en lui interdisant de toucher un instrument. Le garçon, entêté, parviendrait cependant à dissimuler un clavicorde au grenier et à continuer à en jouer lorsque la famille repose.

L'opposition du père diminue à la suite d'une visite chez le duc Jean-Adolphe Ier de Saxe-Weissenfels, à laquelle s'est joint le jeune Georg Friedrich.

Ayant entendu ce dernier jouer de l'orgue à la chapelle Ducale, le duc conseille au père de ne pas s'opposer à l'inclination et au talent de son fils, mais de le confier à un bon professeur de musique

pendant plus de trente-cinq ans, Haendel se consacra pour l'essentiel à l'opéra en italien (plus de 40 partitions d'opera), avant d'inventer et promouvoir l'oratorio en anglais dont il est un des maîtres incontesté.

 

Messie

Le texte réfère principalement à la résurrection du Messie et à la rédemption qu'elle opère : l'œuvre fut écrite pour le temps de Pâques et jouée pour la première fois lors de cette fête. Cependant, il est devenu de tradition, depuis la mort du compositeur, de la jouer pendant le temps de l'Avent ( les semaines qui précèdent la fête de Noël ) plutôt que pendant le temps de Pâques.

 

 

 

 

 

Jean-Philippe Rameau

 

                                     

 

Compositeur français et théoricien de la musique (1683 - 1764)

 

Formé à la musique par son père, Jean-Philippe sait ses notes avant même de savoir lire (le fait n'est pas inhabituel à cette époque et se retrouve chez beaucoup de musiciens de père en fils, (Bach, Mozart...).

intelligent et vif, rien ne l'intéresse en dehors de la musique. Ces études générales bâclées et vite interrompues se ressentent par la suite dans une expression écrite déficiente.

Rameau est généralement considéré comme l'un des plus grands musiciens français et comme le premier théoricien de l'harmonie classique : ses traités d'harmonie, malgré certaines imperfections, font toujours figure de référence

 

Motets
Ces motets pour grand chœur, solistes, orgue et orchestre, ont été composés sur des textes extraits des psaumes avant son arrivée à Paris en 1723. Ils sont donc antérieurs aux grandes pièces profanes qui ont fait la célébrité du compositeur. Ils ont été probablement plus souvent joués comme pièces de concerts que comme musiques d'église. À part quelques pièces mineures de jeunesse, il s'agit des seules compositions religieuses du musicien qui a pourtant passé de nombreuses années comme organiste d'église

 

 

 

 

 

 

Giovanni Battista Pergolesi (Pergolèse)

 

      

 

Compositeur italien (1710 - 1736)

 

Son nom lui vient de la ville de Pergola, d’où sa famille était originaire. Enfant très doué, il est envoyé dès l’âge de douze ans au célèbre conservatoire de Naples où il est l’élève de professeurs réputés et exigeants dont Francesco Durante. Il y reçoit une solide formation musicale centrée sur l’apprentissage de la beauté et des difficultés de l’opéra napolitain et de la polyphonie religieuse

Pergolèse écrit aussi des œuvres religieuses. Il compose ainsi, pour la ville de Naples qui vient d’être victime d’un violent séisme en 1732, sa grande Messe solennelle à dix voix, pour double chœur, deux orchestres et deux orgues ; ainsi que des Vêpres solennelles à cinq voix. Ces allers et retours entre la musique profane et la musique sacrée sont alors fréquents pour les compositeurs de l’époque ; les compositeurs italiens font en effet jouer leurs œuvres profanes et religieuses pour un même public et avec le soutien des mêmes mécènes ; ils adaptent ainsi régulièrement leurs œuvres profanes en œuvres religieuse ou l’inverse, ce qui crée une proximité entre elles.

 

Stabat Mater

C'est une œuvre musicale religieuse écrite en 1736, deux mois avant sa mort, dans le monastère de Pouzzoles.

Il s'agit donc de la dernière œuvre d'un homme mort à 26 ans des suites d'une tuberculose. Il a été écrit pour deux voix (traditionnellement soprano et alto, avec un petit ensemble instrumental.

 

 

 

 

William Boyce

 

                                                                      

 

Compositeur et organiste britannique -

 

Il composa de grands anthems (motets), de la musique religieuse, mais aussi un court Opéra.

En 1758, il est l'un des trois organistes de la Chapelle royale. En 1759, Boyce écrit sa célèbre chanson Heart of Oak commémorant les victoires contre la France.

 

Alleluia

 

 

 

 


Réagir

CAPTCHA